Maxime Le Moing | Textes | Enregistrements | Films | Concert | Agenda | English version
LA TROMPETTE NICHE-T-ELLE DANS LA FORÊT ?

Recherche phonographique réalisée avec les précieux conseils de Marc Namblard autour de la possibilité de jouer de la trompette en forêt sans nuire à sa vie sonore. Les 5 compositions, loin d'être dénuées d'humour, tentent de trouver des réponses.

Maxime Le Moing : Je me refuse de jouer de la trompette dans les bois, forêt, car je crains d'inquiéter le monde animal, du peu qu'il en reste, d'un message rappelant les compositions émises avec les cuivres lors des scènes de chasse (principalement au cor et à la trompette), risquant ainsi de niveler vers le bas le paysage sonore dans lequel je tente d'habiller légèrement de ma présence. Je ne pense pas que les animaux soient en mesure de différencier les compositions pour chasse de ceux d'un naïf trompettiste improvisant quelques notes avec l'espace qui l'entoure, du coup je me suis mis à jouer de la trompette autrement, à fabriquer des bruitages de tout type pour me camoufler dans l'espace et me transformer en un être de son hybride. Peut-être sais-tu me dire si cette crainte est justifié ou non.

Marc Namblard : Je pense que tu te poses de très bonnes questions : émettre un son, dans une forêt, dans un espace habité par d'autres êtres vivants de manière générale, n'est jamais anodin... Et il n'est pas toujours facile d'en évaluer l'impact pour plein de raisons (difficulté d'observation, modification de comportement différé dans le temps, etc.), mais de manière générale, j'aurais tendance à dire qu'on sous-estime peut-être les facultés des animaux (et notamment des oiseaux) à analyser ce qu'ils entendent et notamment les « intrusions sonores ». Les risques de perturbations durables et graves sont très minimes à mon avis, à partir du moment où ces expériences sont ponctuelles et de durée relativement courte. Par contre, il peut être très intéressant d'observer les comportements des animaux et d'essayer de les qualifier... Est-ce que certains arrêtent de chanter pour écouter ? Ou au contraire reprennent leurs chants, de manière plus précipitée, plus nerveuse ? Est-ce qu'ils émettent des alertes ? Se rapprochent pour observer ?

Maxime Le Moing : J'ai pris tes remarques bien au sérieux des suites de ton mail, et me suis mis à étudier l'impact de la trompette dans la forêt du Graouilly (forêt se situant à quelques pas de Lessy où j'y exerce une aide maraîchère quasi quotidienne). Vivant sur Metz, je pars à Lessy en vélo (armé de ma trompette de poche dans une sacoche) pour y travailler, et dès le travail terminé, je pars en forêt à la recherche de zone où les oiseaux se sentent à l'aise pour chanter. J'y dépose mes micros, choisi la distance pour m'exprimer et accompagne à la trompette tous les mouvements sonores de mon environnement. Le fait est que je n'obtiens jamais les mêmes résultats, même si pour certains enregistrements, je me rends compte que je fais taire les oiseaux (et les phonographies opérées le démontrent malheureusement). Aussi étonnant, souvent en rangeant mes micros, j'eu l'impression qu'ils reprenaient de plus belle! Je me demande donc si je les fais fuir, ou bien peut-être sont-ils curieux et écoute, interprètent-ils ces sons? À quoi pense un oiseau lorsque je joue? Parfois, en émettant une note piquée assez forte, je peux entendre un oiseau s'envoler (un merle noir par exemple) mais dans certains cas ils semblent poursuivre leurs trilles et pépiements sans trop porter attention à mon jeu, ou alors ils y participent volontairement! Parfois aussi, je les sens curieux, et ils s'approchent pour saisir de plus près ces vibrations. J'ai déjà ressenti cette sensation lorsque je m'entraînais au chant diphonique en forêt. Aussi il y a d'autres paramètres qui rentrent en compte et qui atténuent plus ou moins leurs chants (et que les micros ont du mal à révéler) : l'arrivée du vent, ou les changements de lumière, notamment quand un nuage gris passe, les chants s'éteignent vite à ce moment-là. Je précise d'ailleurs que je n'ai pas enregistré systématiquement. J'ai au fur et à mesure de mes sessions développer une grammaire sonore afin de ne pas me retrouver toujours dans cette situation de finir en solo. Aussi j'ai pris la peine de placer mes micros à différentes distances, afin de ne pas mettre ma trompette toujours au premier plan, laissant le monde animal vibrer en premier lieu.

Ecoutable en intégralité sur ce lien :
la_trompette_niche-t-elle_dans_la_foret_maxime_le_moing.mp3

Ou en libre téléchargement :
La trompette niche-t-elle dans la forêt? - Maxime Le Moing
Durée: 31min17s
Format: MP3 320kbit/sec
Size: 74,3Mo


1.Les fugitives / 00:00
2.Improvisation libre avec un grillon champêtre / 09:03
3.La trompette niche-t-elle dans la forêt? / 13:04
4.La crotte / 20:49
5.Dénuement / 24:44



L'EAU MONTE

"L'eau monte" est un recueil d'explorations sonores réalisées avec ma trompette augmentée durant la période de confinement. Adossé de ma tenue du promeneur écoutant, je vais chaque jour durant 1h triturer l'acoustique des lieux, arranger les expressions sonores délicates de mon environnement d'une touche musicale. Si la soif me vient, je prends alors mes micros pour saisir ces échanges. Sur le chemin du retour, j'ai les poches gonflées de quelques prises de son qui, au montage, sont très peu coupées et sans effet ajouté, mélangeant ainsi l'art de la phonographie avec l'improvisation libre. De la phonografree en quelque sorte...

Ecoutable en intégralité sur ce lien :
l'eau_monte_maxime_le_moing.mp3

Ou en libre téléchargement :
L'eau monte - Maxime Le Moing
Durée: 36min58s
Format: MP3 320kbit/sec
Size: 86,2Mo


1.Ouverture pour un kazoo / 00:00
2.Le vent tourne / 01:27
3.L'oiseau dans le caniveau / 04:54
4.Confinement / 06:04
5.Errance #1 / 10:35
6.Ça vit / 11:56
7.Les vapeurs du soir / 16:23
8.Mon estomac / 18:13
9.L'art mou / 19:59
10.Errance #2 / 21:02
11.Oms électromagnétiques / 22:45
12.Le marteau piqueur / 25:26
13.Le mirroir / 26:41
14.Ne plus être un humain / 27:17
15.Errance #3 / 32:29
16.Printemps / 32:54
17.Fermeture pour une boucle / 35:04



LES NUITS

Ces compositions sont écrites avec lenteur, sur plusieurs mois, années, lorsque - soudain - une prise de son réagit avec une autre. Elles sont chacune modelées, remodelées au fil de mes respirations. Ce document n'est donc déjà plus à jour...

Ecoutable en intégralité sur ce lien :
les_nuits.mp3

Ou en libre téléchargement :
Les nuits - Maxime Le Moing
Durée: 11min42s
Format: MP3 320kbit/sec
Size: 23,3Mo


1.Les nuits / 00:00
2.Si près / 03:22
3.Le kéfir / 05:00
4.Arceau / 06:09
5.À l'abris / 07:37
6.La multiprise / 08:46
7.Comme ça / 10:12